Le Graffomaton

Une cabine est installée dans la rue, dans un parc, dans une halle - sur le site d'un festival. Le passant entre, s'installe et suit les instructions qui défilent sur un écran. Mais ici, pas de photos d'identité. Après quelques minutes, la cabine offre un portrait... écrit. Car dans la cabine, il y a un écrivain improvisateur.

Le Graffomaton, c'est l'art du selfie littéraire, de la subjectivité narcissique.
Un moment d'intimité troublant, hors du temps.

 

Le Graffomaton est un dispositif interactif, une installation artistique simple et abordable par tous – il suffit de savoir lire. Il convient
à n’importe quelle manifestation, s’installe dans n’importe quel lieu où il y a du passage.

La volonté est d’offrir un miroir subjectif, comme un cadeau troublant, à un individu qui ne verra jamais l’auteur de son portrait. Le « client » sentira aussi l’instant où il est scruté par la cabine, observé ; un moment où il se retrouvera seul face à lui-même. Il s’agit de créer un interlude privilégié, littéraire et égoïste, sur place puis à emporter.

In fine, chaque visiteur de la cabine pourra donner son autorisation pour être pris en photo et apparaitre dans une publication ; à la fin de la vie du Graffomaton, les portraits de ceux qui auront donné leur accord seront regroupés dans un beau livre recueil de centaines de portraits improvisés.

Information

Idée originale, mise oeuvre et écriture : Nicolas Turon

Construction : Les établissements Tourneux

Diffusion : Audrey Staub
Avec le soutien de la Halle Verrière de Meisenthal (57)