Vincent Lansade

Graphiste

Vincent Lansade

SOWAN a passé son adolescence à Montpellier où il a pris part à l’émergence de la culture urbaine naissante de la fin des années 80.

Passionné de skateboard, il s’est rapidement intéressé au Graffiti Art et à la culture Hip-Hop, réalisant sa première production à la bombe de peinture en 1989. Il s’intéresse alors essentiellement à l’art du « Lettering ». Il crée rapidement l’Association TBM, dont le but est de promouvoir les cultures urbaines auprès de structures d’accueil d’enfants.

Au cours de ses années d’études à l’École Supérieure des Beaux-Arts de Marseille, il poursuit sa pratique du graffiti avec des artistes de la scène locale et développe son intérêt pour le graphisme, l’intervention en milieu urbain et l’interactivité.

SOWAN est depuis 2005 Professeur d’Arts Plastiques dans la Drôme et anime régulièrement des ateliers de découverte du Graffiti Art. Son attrait pour la création collective et le partage le conduit à la rencontre d’artistes locaux pour réaliser des fresques à thème sur Valence et ses environs. En Septembre 2015, il propose de mettre en lumière la diversité et la richesse de la scène Graffiti Art locale et crée le collectif Sorry Graffiti qui regroupe des artistes de la région Rhône Alpes et organise différents évènements aux alentours de Valence dans la Drôme en collaboration avec des municipalités : expositions / jams / rencontres et débats / résidences d’artiste…Les actions menées par le collectif visent à promouvoir et à mettre en lumière le Graffiti Art en rendant accessible cette forme d’expression à un large public , en s’appropriant de nouveaux espaces et en tissant des liens avec d’autres disciplines artistiques En parallèle, SOWAN poursuit ses recherches et son travail artistique.

Mettant entre parenthèses son travail autour de la lettre, il réalise actuellement un travail figuratif à partir d’images qu’il glane sur Internet. Ses peintures, réalisées exclusivement à l’aérosol, est un mélange entre les différents effets de retouches d’images proposés par des logiciels dédiés et un vocabulaire graphique propre au Graffiti Art. Le travail de Sowan questionne la relation de l’image numérique au réel. Ses œuvres figuratives illustrent un lien entre l’image immatérielle omniprésente sur nos écrans et celle encore présente sur des supports plus traditionnels, que ce soit sur toile en atelier, ou sur les murs dans l’espace public.